fbpx

Écrit par 10 h 10 min À la une, Articles, Professionnels, Tournées et spectacles

Pénurie de main d’œuvre dans le milieu musical

Des offres d’emploi qui restent sans postulants, des salles de spectacle qui peinent à trouver du personnel, des entreprises de service aux artistes qui sont incapables de répondre à la demande, voilà le portrait qu’on retrouve un peu partout à travers le Canada et particulièrement au Québec et en Ontario.

C’est une problématique qui tenaille le Canada depuis que l’économie s’ouvre à nouveau. La pandémie a mis à mal plusieurs secteurs qui comptaient sur des travailleurs à temps partiel, des contractuels ou encore des employés saisonniers. Certains se sont dirigés vers de nouveaux gagne-pain plus stables ou des occupations mieux payés dans des milieux comme la construction. Ajoutez à cela les frontières qui ont été fermées à long terme et le nombre d’immigrants qui a chuté du même coup. Ces manques qui s’additionnent créent une tension sur les entreprises culturelles, qui viennent de passer plusieurs mois à tenter de survivre par tous les moyens possibles.

Difficile de donner des salaires compétitifs

Certaines entreprises institutionnelles qui sont capables de donner des conditions compétitives peinent à trouver des ressources compétentes. C’est ce qu’avance Thomas Kriner, directeur général, développements et partenariats à l’APCM : « On a un poste affiché, à temps plein qui est assez concurrentiel pour le salaire et les conditions de travail, pour le domaine des arts et de la culture, surtout dans la musique. Bref, c’est un poste qu’on a ouvert début août et c’en était un qui était de développement au départ. » Nous sommes en décembre et il peine toujours à trouver chaussure à son pied. Comme l’une des seules candidatures qui étaient intéressantes arrivait du milieu de l’enseignement, elle s’attendait à une rémunération qui ressemble à celle proposée par les écoles. « Parce qu’au final, cette personne-là venait du système scolaire, elle était animatrice culturelle, et nous étions incapables de nous aligner sur le salaire parce qu’elle demandait plus que celui de la direction générale. Tu peux descendre un peu, mais peu importe les conditions que tu offres, le salaire faisait vraiment obstacle pour s’entendre. »

Ce n’est pas unique au milieu musical. C’est le cas pour de nombreuses PME à travers le pays qui n’ont pas les moyens d’égaler les salaires des grandes entreprises qui peuvent se permettre de gruger leurs bénéfices pour s’assurer d’avoir la main-d’œuvre nécessaire aux opérations. L’une des options qui sont proposées dans ces cas : de modifier les tâches pour réorganiser le travail et ainsi combler le vide différemment. C’est ce qu’a fait Thomas Kriner avec l’offre devant ses vains efforts : « on a dû revoir un petit peu l’intitulé et le changer parce que c’était très spécifique. Nous nous sommes dit : on va rechercher une personne qui puisse gérer les activités logistiques, la production et tous les événements de l’APCM à longueur d’année. » Malgré le changement d’intitulé, il a fallu plus de deux mois à l’APCM pour avoir des soumissions pertinentes pour le poste. 

Des manques dans les salles de spectacles

C’est certainement dans les salles de spectacles que le poids du manque de main-d’œuvre spécialisé se fait le plus sentir. Après plusieurs mois d’inactivité, ou dans le meilleur des cas, d’activité réduite, les salles de concert se sont lancées dans la reprise au cours de l’automne. Qu’en est-il?

Là aussi il manque de ressources. À Montréal, la pénurie d’éclairagistes est un réel problème qui inquiète les directions avec l’augmentation de l’offre en raison de la réouverture. Savia Fleur, gérant de salle et de la billetterie chez Le Ministère : « Je pense que c’est quelque chose qui touche à tout ce qui a rapport à l’environnement du spectacle. C’est-à-dire, trouver un barman ou une barmaid, c’est facile. Les gens ont d’autres emplois et font un shift par semaine pour arrondir les fins de mois. Un éclairagiste, lui, il l’est à 100%. S’il a perdu toutes ses gigs du jour au lendemain, il a peut-être décidé de retourner à l’école ou de faire autre chose. »

Pourtant, le Ministère a tout ce qu’il faut pour offrir des opportunités intéressantes. En novembre 2021, ce sont 25 spectacles qui ont été présentés sur les planches. Ce qui veut dire 25 jours de travail pour les éclairagistes. « On a été mal pris et on a fait appel à des étudiants en technique de scène pour occuper le poste. Ce n’est pas une situation idéale. » Tout ceci en considérant que Le Ministère fait aussi des captations vidéos ce qui lui a permis de garder plus de techniciens sous contrats au cours des derniers mois. Malgré tout, les manques se font sentir.

Sous le couvert de l’anonymat, un éclairagiste dans une salle importante du Québec a même dit : « C’est ce qui arrive à un métier qui n’est pas valorisé, où le stéréotype c’est : vous brimez les créateurs, quand vous expliquez que pour des raisons budgétaires, de temps, d’énergie, on ne peut pas tout faire. On demande à du monde, qui n’aura pas de reconnaissance, de sacrifier leur vie sociale et familiale parce que : ce n’est pas grave si vous avez fait 71 heures cette semaine, c’est votre job. C’est quand même taxant comme emploi. Avec de grosses responsabilités en sécurité et de notions spécifiques. Mais on est encore tenu à l’écart des décisions à bien des places. »

Il pointe aussi du doigt l’évolution du salaire qui n’a pas suivi l’augmentation du coût de la vie. Il avance que : « Le salaire de 1981 à l’heure d’un technicien moyen était à 12$ et d’un chef à 16$. Aujourd’hui, ça équivaut à 33$ et 44$ avec l’inflation. Dans la réalité, un salaire de tech c’est entre 20-25$ et chef : 30-40$. »

Même son de cloche du côté de la sécurité. Savia Fleury explique que les centres de vaccinations et de dépistages pour la COVID ont engagé massivement des agents pour assurer la sécurité du public. Le problème est que le gouvernement a le moyen de payer une rémunération que les salles de spectacles ne peuvent pas égaler. Encore une fois, cette ressource est spécialisée, car les agents doivent avoir suivi un cours et posséder leur carte de compétence. De plus, la personne doit être à jour dans ses cours de RCR (réanimation cardiorespiratoire) puisque les salles sont obligées d’avoir quelqu’un qui peut intervenir sur les lieux en cas d’urgence.

Des solutions?

Évidemment que la première place vers laquelle on se tourne est la formation. Plusieurs écoles offrent des programmes pour enseigner les techniques à des éclairagistes. Cette solution n’est pas aussi simple et instantanée qu’elle paraît. Savia Fleury y met un petit bémol : « Encore là, il faut que tu sois capable de faire la job. Les jeunes qui sortent, ils ne sont pas tous bons. Et certains ne veulent pas se diriger dans le milieu spectacle. Certains se destinent à travailler dans le jeu vidéo ou dans d’autres secteurs. Le spectacle n’a pas beaucoup la côte depuis deux ans. Nous de notre côté, on a une entente avec les producteurs. On doit lui fournir de la main-d’œuvre compétente qui va faire en sorte que leur concert soit bon.»

Thomas Kriner met aussi un bémol à l’idée que chaque année des finissants arrivent sur le marché avec la faim au ventre : « Maintenant, je me dis, il y a quand même des programmes de gestion culturelle. Mais que font les gens après ça? Où est-ce qu’ils vont travailler? Où est-ce qu’ils se positionnent? Parce que nous, on ne les voit clairement pas . »

À cela, il faut rajouter la fermeture en 2017 du campus de Sudbury du Collège Boréal qui hébergeait les deux formations reliées à la scène en Ontario francophone. Depuis, il y a peu de possibilités pour ceux qui voudraient se professionnaliser dans ce corps de métier.

Une chose est sûre, à travers les conversations avec les trois intervenants, la valorisation des travailleurs de l’ombre dans le milieu musical fait défaut. On ne célèbre que trop peu ceux qui permettent aux artistes de s’épanouir dans leur pratique. Ce serait peut-être un bon endroit où commencer : faire briller les emplois de l’arrière-scène pour donner le goût à des adolescents de s’engager dans cette voie de carrière.

(Visited 366 times, 1 visits today)